Bienvenue sur le site du centre SLA

CHU Gui De Chauliac, Montpellier

Le centre SLA, centre de référence national, du CHU de Montpellier, prend en charge les patients atteints de SLA depuis 1988, il est également très actif dans la recherche sur les causes de la maladie et les traitements d’avenir.

Nous espérons que vous trouverez ici les informations qui vous sont utiles sur les différents aspects de la SLA, ou maladie du motoneurone.

Nous abordons dans ce site les signes et l’évolution de la maladie, son traitement, ses causes, les différentes adaptations envisageables, ce qu’il faut faire ou ne pas faire, les démarches sociales, la recherche et les perspectives issues des avancées scientifiques.

Merci de nous faire part d’éléments qui manquent pour que nous progressions dans le service que nous souhaitons rendre aux patients et à leurs familles. 


Dernières actualités

Ce médicament, antioxydant et capteur de radicaux libres est, nous dit-on, approuvé pour la SLA au Japon. Plusieurs études ont eu lieu, toutes n'ont pas encore été publiées.

Une nouvelle voie pour avoir la SLA et/ou pour expliquer sa diffusion 

Qu'est-ce qu'une maladie à prion ? La plus classique est la maladie de Creutzfeldt-Jakob, dans laquelle le prion, une protéine naturelle, voit sa structure modifiée et acquiert des propriétés qui vont enclencher une cascade de mort cellulaire. Puis, cette protéine va diffuser aux autres cellules nerveuses qui vont ensuite mourir de proche en proche.

L'amyotrophie spinale (ASI) est une forme héréditaire de maladie du motoneurone qui est due à une délétion du gène SMN1. La maladie est terrible dans sa forme la plus sévère puisque les enfants décèdent avant leur première année.

Depuis 2 ans un essai est conduit aux USA avec le virus AAV9, mis au point par le Pr Kaspar

Ce sont deux travaux qui ont été présentés avec les virus AAV. L'idée à l'aide de ces virus est d'utiliser un fragment d'ADN qui bloque la protéine SOD1 que l'on suspecte capable de faire diffuser la maladie.

Le Pr Kaspar, USA, a mis au point un virus, AAV9, qui peut infecter le système nerveux à partir d'une injection intraveineuse.